Les aventures sexistes de Lily – #04 Métiers sexualisés

Je vous présente la mini-série “Les aventures sexistes de Lily” qui regroupe divers témoignages scénarisés portant sur le sexisme ordinaire. Par soucis d’anonymat, les récits mettront en scène le personnage de Lily, une jeune femme dans la vingtaine. Lily est donc un personnage fictif mais les expériences qu’elle vit sont très loin de l’être et constituent le recueil de nombreux témoignages d’amis, de collègues, de connaissances, et de quelques expériences personnelles.  Le but de ce projet est de sensibiliser les lectrices et lecteurs au sexisme omniprésent dans la vie des femmes, en espérant que celui-ci ne soit plus ignoré ou justifié. Cette semaine, voici le quatrième chapitre : Métiers sexualisés. Bonne lecture !

Si jamais vous avez manqué le chapitre 3 : Hostilités féminines, cliquez-ici !

Je suis en formation de soins infirmiers et bientôt diplômée. Lors de l’anniversaire d’un ami, je parle de mes études avec des connaissances de la fête, tous des hommes. On me charrie lourdement sur mon futur métier : « Et alors, tu mets des sous-vêtements sous ta blouse ? » « Avoue que tu as choisis ce boulot pour te maquer avec un médecin ! »

Je rappelle vivement à mes interlocuteurs que je prends ce métier très aux sérieux et que j’ai autre chose à faire que de draguer les médecins. J’explique également que non seulement je mets des sous-vêtements, mais qu’en plus cela fait plusieurs décennies qu’une infirmière porte pantalon et tunique pour travailler car c’est bien plus pratique, même si cela illustre certes beaucoup moins bien leurs fantasmes.

Quelques années plus tard, j’ai obtenu mon diplôme d’infirmière et je choisis, pour des raisons en lien avec mes projets professionnels, de passer le concours pour être professeur des Écoles. Je me retrouve à ce même anniversaire, et je reparle aux mêmes hommes qui me demandent où j’en suis dans mes études. Je leur explique mon désir de devenir professeur des Écoles. Là encore, je reçois des remarques, certainement plus maladroites que méchantes, mais qui m’agacent au plus haut point : «  Institutrice ? Après infirmière ? Mais tu ne choisis que des métiers incarnés dans les porno ! Tu feras quoi après ? Secrétaire ? »

Je ris jaune.

Le point commun entre infirmière et professeur des Écoles, ce n’est pas que ces métiers fassent tout deux objets de fantasmes. Ce sont des métiers relationnels, qui demandent de l’empathie, de l’adaptabilité et surtout beaucoup de patience. Et je n’en ai pas de la patience lorsque j’entends qu’on ridiculise ma profession de la sorte. Après réflexion, je constate que ces métiers ont un autre point commun évident : ils sont tous les deux majoritairement exécutés par des femmes.

Et si on en finissait avec les clichés sexistes sur ces métiers qui exigent énormément de connaissances et de compétences et qui méritent d’être autant respectés que les métiers dits  « masculins » ?

One comment

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: