Les aventures sexistes de Lily – 11# La nympho

Je vous présente la mini-série “Les aventures sexistes de Lily” qui regroupe divers témoignages scénarisés portant sur le sexisme ordinaire. Par soucis d’anonymat, les récits mettront en scène le personnage de Lily, une jeune femme dans la vingtaine. Lily est donc un personnage fictif mais les expériences qu’elle vit sont très loin de l’être et constituent le recueil de nombreux témoignages d’amis, de collègues, de connaissances, et de quelques expériences personnelles.  Le but de ce projet est de sensibiliser les lectrices et lecteurs au sexisme omniprésent dans la vie des femmes, en espérant que celui-ci ne soit plus ignoré ou justifié. Cette semaine, voici le onzième chapitre : la nympho. Bonne et heureuse lecture !

(Et si vous n’avez pas lu le dernier chapitre, cliquez ici !)

Je fréquente un nouveau garçon, il est gentil et il a l’air très attentionné et nous entamons une relation un peu plus intime. On passe plusieurs semaines ensemble mais très rapidement je m’ennuie sur le plan sexuel. Il est peu entreprenant, j’ai le sentiment d’être la seule à le solliciter pour une relation sexuelle et souvent je le sens très réticent à faire l’amour. Je me rends compte qu’il n’en a absolument jamais envie.

Un jour, alors que je tente une énième approche, il me repousse à nouveau, se met en colère et me traite de nymphomane. Il me dit que j’ai un vrai problème avec le sexe et que je ne devrais pas en avoir autant envie.

Je suis très tentée de lui faire remarquer que c’est plutôt lui qui a un problème. Je me retiens de toutes remarques blessantes car je suis bien consciente que ni l’un ni l’autre ne sommes fautifs face à cette situation et que nous n’avons simplement pas la même libido. Mais je suis très vexée de l’entendre me reprocher mes envies. Je n’y suis pourtant pour rien si ma libido est largement supérieure à la sienne. Il rejette la responsabilité sur moi en sous-entendant que j’ai quelque chose d’anormal, alors qu’il pourrait aussi se remettre en question quant à .son manque de désir flagrant !

Je discute avec des amies et je réalise que nous sommes nombreuses à avoir des envies plus importantes que celles de nos partenaires masculins et que souvent ceux-ci se justifient en nous accusant d’être anormales, obsédées ou nymphomanes.

On a trop longtemps pensé que le plaisir de la femme dans la relation sexuelle était secondaire tout comme ses envies. On imagine ainsi que c’est l’homme qui initie les rapports et que la femme se contente de les accepter. Il semble inenvisageable pour certains hommes que les femmes aient plus envie de sexe qu’eux. Autrement, c’est qu’elles ont un problème psychiatrique justifiant un excès de libido : c’est une accusation blessante et humiliante.

Les garçons n’ont donc pas le monopole du sexe, il n’y a rien d’humiliant à avoir moins de désir que sa partenaire féminine et il est inutile et très mesquin de rejeter la faute sur elle et de la faire culpabiliser.

One comment

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.