Les aventures sexistes de Lily – 12# Lily 20 ans plus tard ?

Je vous présente la mini-série “Les aventures sexistes de Lily” qui regroupe divers témoignages scénarisés portant sur le sexisme ordinaire. Par soucis d’anonymat, les récits mettront en scène le personnage de Lily, une jeune femme dans la vingtaine. Lily est donc un personnage fictif mais les expériences qu’elle vit sont très loin de l’être et constituent le recueil de nombreux témoignages d’amis, de collègues, de connaissances, et de quelques expériences personnelles.  Le but de ce projet est de sensibiliser les lectrices et lecteurs au sexisme omniprésent dans la vie des femmes, en espérant que celui-ci ne soit plus ignoré ou justifié. Cette semaine, voici le douzième chapitre : Lily 20 ans plus tard ? Bonne et heureuse lecture !

Vous pouvez trouver le dernier article ici !

Afin de clôturer cette mini-série en beauté, nous pourrions peut-être imaginer le personnage de Lily dans 20 ans ?

J’ai 45 ans, j’ai deux filles à peine majeur, et un fils encore adolescent. J’ai tenté durant leur enfance de leur apporter la meilleure éducation possible et de leur transmettre des valeurs qui me sont chères.

Nous sommes tous à table en train de manger, mon compagnon, mes filles et mon fils. Je lance un sujet de discussion : « J’ai lu dans un article que les animaux femelles avaient tendance à nourrir en plus grande quantité leur petits de sexe masculin que leur petits de sexe féminin. Elles le font par instinct de survie : les mâles sont plus robustes que les femelles et ont donc plus de chance de survivre et de procréer. Et une psychologue disait qu’inconsciemment, nous les mères ont avaient tendance à faire ça aussi avec nos propres enfants. C’est curieux car je ne pense pas être comme ça avec vous… »

Mes deux filles se regardent et sourient : « Bah, bien sur que si Maman tu as tendance à plus nourrir le frangin que nous… »

Je rétorque : « Non je vous nourris à part égale. »

« Peut-être mais tu as quand même souvent tendance à nous dire à nous de faire attention, tandis que tu laisseras Paul se resservir plusieurs fois. »

« Mais c’est normal, il est en pleine croissance ! »

Mon aînée s’esclaffe : « Mais nous aussi, on a été pré-adolescentes et en pleine croissance et pourtant tu n’avais pas du tout cette logique et tu commençais déjà à nous avertir qu’on risquait de prendre du poids si on mangeait trop. Regarde Paul : il a fini le reste de paella, il se prend deux desserts et ça ne pose problème à personne. Si jamais il y a des restes et qu’on doit choisir qui les finit, ça sera souvent lui qui sera servi »

Je suis un un peu vexée,et il faut me comprendre : mes filles ont quand même fortement sous-entendu que je les traitais de manière inégale et que je privilégiais mon fils plutôt que mes propres filles.

Une de mes filles se rend compte du malaise et vient me réconforter : « Ne t’en fais pas, on ne te reproche rien : comme tu l’as dit c’est dans la nature animale de procéder de manière à avantager un maximum les plus forts car ils ont une probabilité plus importante de vivre. Aujourd’hui, nous avons des moyens, une avancée technologique et scientifique qui nous permet d’avoir sensiblement la même égalité de chance de vivre, de grandir et de nous développer que nous soyons des femmes ou des hommes. Le sexe n’entre plus en ligne de compte et tant mieux. Mais l’instinct animal peut parfois prendre le dessus et ça n’est pas une fatalité. Le plus important c’est d’admettre ses tords quand on les réalise et de rester vigilant quant à de possibles comportements inconsciemment sexistes »

C’est désormais la blogueuse de 27 ans qui intervient :

Est-ce que plus tard je serai une mère qui nourrira plus ses fils que ses filles ? Est-ce que j’aurai une attitude parfois sexiste avec mes enfants et que je leur donnerai sans le vouloir une éducation genrée ? Peut-être que oui, je ferais sûrement des erreurs d’autant que je dois moi-même apprendre à déconstruire de nombreux clichés sexistes et que certains sont très tenaces. Le but n’est pas de se culpabiliser constamment mais de toujours se remettre en question pour offrir à nos enfants les meilleures chances de s’épanouir dans notre monde.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.