Eric-Emmanuel Schmitt, l’impact qu’un auteur peut avoir avec de simples mots.

Bonjour,

Je suis officiellement infirmière depuis quelques jours et cela me rend très heureuse. J’ai obtenu un poste en suite de couche qui débutera mi-avril et j’ai hâte (mais aussi un peu peur de travailler toute seule comme une vraie infirmière !) Quoiqu’il en soit, en attendant, j’ai donc quelques jours, juste pour moi, et j’en profite pour faire tout ce que j’ai envie depuis longtemps, notamment lire ! En allant en librairie, j’ai trouvé un nouveau roman de Eric-Emmanuel Schmitt, Le poison d’amour (plus si nouveau car il est sorti en 2014…) Je me suis sentie un peu bizarre en tombant sur cet auteur, et aussi émue, car je me suis souvenue que si j’en était en partie arrivée là, c’était parce que ses lectures m’avaient beaucoup influencée :

J’ai découvert Eric-Emmanuel Schmitt au collège en lisant Oscar et la dame rose, qui relate l’histoire d’un petit garçon leucémique en phase terminale qui se lit d’amitié avec une bénévole, tenant compagnie aux enfants malades. Je ne saurai dire combien de fois je l’ai lu, mais j’étais systématiquement submergée d’émotions tant l’histoire était belle et triste. J’étais aussi très intriguée par la pédiatrie et l’hôpital et j’avais, comme la dame rose, envie d’être près des enfants malades… En troisième, lorsque les professeurs de mon collège m’ont demandé ce que je souhaitais faire plus tard dans la vie, je leur ai répondu que je voulais être dame rose. Cela les a fait sourire et ils m’ont expliqué qu’il s’agissait de bénévolat. J’étais déçue même si j’avais finalement clairement une idée de ce que j’attendais de la vie : je voulais être dans le “prendre soin”, mais je ne connaissais pas encore ces termes et je ne savais pas qu’il s’agissait du métier d’infirmière.

Par la suite, j’ai lu de nombreuses œuvres de cet auteur : Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran, L’Enfant de Noé, Le Sumo qui ne pouvait pas grossir, Ma vie avec Mozart, etc. J’adorais et j’essayais de m’inspirer de son écriture que je trouvais très simple, belle et toujours efficace ! Je n’ai jamais compris ces auteurs qui cherchaient à tout prix à écrire des phrases longues avec dix milles mots compliqués, pour faire la soit disant beauté d’une phrase. Alors qu’il suffit parfois de quelques mots, tout bêtes, tout simples, mais bien choisis, pour donner au lecteur envie de sourire, de rire ou de pleurer.

KODAK Digital Still Camera

En fac de médecine, un pédiatre réanimateur a utilisé des passages de Oscar et la dame rose pour illustrer son cours sur L’enfant et la fin de vie. C’est très certainement là que j’ai réalisé que je voulais travailler à l’hôpital. Je savais que je ne serai jamais médecin et j’ai découvert le métier d’infirmière. A l’oral de mon concours d’IFSI, lorsqu’un des membre du jury m’a demandé pourquoi je voulais être infirmière, je n’avais aucune réponse préparée dans ma tête et j’ai commencé à partir très loin dans les explications… Je ne savais pas vraiment que je voulais être infirmière finalement, j’ai expliqué que j’avais lu l’ouvrage d’Oscar et la dame rose, et à quel point j’avais été touchée par cette histoire, que cela m’avait donné envie de travailler dans la santé et que j’avais toujours eu envie de prendre soins des gens… Cela m’a valu une très bonne note à mon oral !

Et donc nous y voilà, trois ans plus tard, je suis infirmière et j’ai un ouvrage d’Eric Emmanuelle Schmitt entre les mains. Au lieu de le lire, j’écris un article à propos de l’auteur. C’est un peu bête, il faudrait peut-être que je me décide à l’ouvrir ?

 

Et vous ? Connaissez-vous des auteurs qui vous ont touchés au point de vous influencer dans vos choix de vie ?