Réécriture de la fable La femme et la poule : femme, pas mère

Une veuve avait une poule qui se refusait de pondre un œuf à ce jour. Elle était toutefois bien active car, plus intelligente qu’on ne croyait, la petite surveillait le potager de son hôte, dévorait les nuisibles et effrayait les oiseaux. On ne pouvait donc dire d’elle qu’elle fut inutile. Heureuse et épanouie dans sa basse-cour, la poulette ne souhaitait rien de plus qu’on ne la laisse tranquille.

La veuve ne le voyait cependant pas de cet œil : « une poule n’est une poule que si elle pond des œufs », ne cessait-elle de répéter. Aussi elle se dit qu’avec le temps, de l’encouragement et si elle lui donnait plus de grains, sa poule finirait par pondre ne serait-ce qu’un tout petit œuf. Elle accrut donc sa ration et entreprit auprès de la pauvre petite poule, de lui faire changer d’avis. Elle s’obstina tant bien que mal, sans obtenir d’autres résultats qu’une poule, lasse qui n’avait même plus envie de remplir les tâches qui l’épanouissaient au quotidien.

Quelle est donc la morale de cette histoire ? Ici, ce n’était pas cette poule qu’il fallait convaincre, mais la veuve !

Chacune est libre de pondre à sa guise ou de ne point le faire, voici une seconde morale plus explicite, j’espère !

Réécriture de fable – La louve et le héron : le nice guy


Les louves, lorsqu’elles sont de sortie,

Sont souvent exposées à certains harcèlements.

Une louve, donc, par un croco, se trouvant assaillie,

Ce dernier insistant dit-on tellement, qu’elle eut peur pour sa vie.

La main de l’agresseur serra alors près de son gosier,

A tel point qu’elle ne pouvait respirer.

De bonheur, pour cette louve, qui ne pouvait crier,

Près de la passe un héron,

Elle lui fait signe, il accourt.

Voilà le sauveur aussitôt à son secours,

Il effraya et fit fuir le croco,

Puis pour un si bon tour, lui demanda son salaire.

« Votre salaire ? Dit la louve »

« Oui un baiser, pour me récompenser de vous avoir sauvée ! »

Elle eut un sourire gêné et refusa poliment de l’embrasser.

Le héron se mit alors en colère

« Vous riez petite effrontée,

Quoi ! Ce n’est donc pas assez de vous avoir aidée ?

Moi qui suis un gentil héron, vous osez me repousser ?

Allez, vous êtes une ingrate : ne tombez jamais sous ma patte

Ou je risquerais de terminer ce que le croco avait commencé ! »

Sur ces menaces, le héron s’envola frustré.

Chers sauveurs, gentils hérons, victimes de vos faux actes de bienveillance,

Il ne s’agit pas là des contes de notre enfance.

Les jeunes filles éplorées ne tombent jamais amoureuses de leur protecteur,

Agissez pour défendre les opprimés et ravalez votre rancœur,

Où vous risqueriez de vous changer en croco !

La Cigale et la Fourmi – Slut-shaming

La cigale, ayant dansé toute la nuit,
Se trouva fort dépourvue,
Lorsqu’elle trouva dans son lit,
La présence d’un intrus.
Pas un seul petit souvenir,
De la soirée, ne put lui parvenir
Mais une douleur sanglante et aiguë
Indiqua ce que durant cette soirée, elle avait vécu.
Elle courut chez sa voisine fourmi,
Confier sa mésaventure de la nuit,
La priant de l’écouter,
Et de partager sa peine :
« Il m’a abusée, lui dit-elle »
La fourmi n’est pas bienveillante,
C’est là un de ses plus grands défauts :
« Où étiez-vous, minuit sonné ? »
Lui demanda-t-elle.
« En ville, je m’amusais et je dansais,
Ne vous déplaise »
« Vous dansiez ? Dans cette tenue ? J’en suis fort aise !
Récoltez ce que vous semez, maintenant ! »
Et elle lui claqua la porte au nez.
En se disant qu’elle l’avait bien cherché.
La fourmi, partit à ses occupations,
Sans remarquer l’intrusion d’un malotru.
Celui-ci l’attrapa par les antennes,
Lui prit sa vertu,
Sans lui demander la permission.
La fourmi choquée et apeurée,
Courut chez la cigale pour s’excuser.

 

Mesdames, Messieurs,
Cessez de juger les victimes :
Exister n’est pas un crime,
Pointez plutôt du doigt les responsables,
Ceux qui guettent dans le noir,
Le moment opportun pour attaquer leur proie,
Choisissant les plus fragiles et isolées,
Sans se soucier des souffrances infligées.

La gazelle et le croco – Harcèlement de rue

Dame gazelle, dans sa savane sauvage,
S’abreuvait près d’une source isolée
Monsieur Croco , à la vue de cette beauté,
Lui tint à peu près ce langage :
« Et bonjour, mademoiselle la gazelle
Que vous êtes charmante ! que vous me semblez craquante !
Sans mentir, votre arrière train
Se rapporte si bien à vos petits airs coquins
Que je pourrais bien vous prendre de gré ou de force, ne vous déplaise ! »
A ces mots, la gazelle est loin d’être en joie
Fière, mais fort contrariée,
Elle s’éloigne du croco en faisant mine de l’ignorer
Frustrée, le croco ne resta pas sans voix
Il rattrapa sa victime et reprit de plus belle
« Vous êtes fort malpolie
Votre Maman ne vous a-t-elle pas appris à dire merci ?
Ignorez-vous à qui vous parlez ?
Vous devriez être reconnaissante que je daigne vous regarder ! »
Le croco bouscule alors violemment la gazelle
Qui tombe à la renverse, sidérée devant tant d’agressivité
Le monstre ouvre un large bec prêt à dévorer la belle

Un jeune lionceau passant par là, découvre la scène avec effroi,
Il se précipite vers le prédateur affamé
Et lui coince un bâton dans le gosier
Paniqué, le croco laisse enfin tomber sa proie
Après quelques instants et face à la foule qui s’était formée,

img_20160920_195441La gazelle se ressaisit et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout harceleur n’a pas sa place ici
Gazelle, singe, hippo, éléphant, girafe…
Aussi nombreux et différents que nous sommes
N’avons-nous donc pas le droit de vivre en liberté ?
Ne pouvons-nous pas nous balader sans être agressés ?
Ne méritons-nous pas tous d’être traités avec respect ? »

Honteux et confus
Le croco se retira
Mais on ne sait
Si la leçon fut retenue…