Les aventures sexistes de Lily – 09# Vous reprendriez bien un peu d’hormones ?

Je vous présente la mini-série “Les aventures sexistes de Lily” qui regroupe divers témoignages scénarisés portant sur le sexisme ordinaire. Par soucis d’anonymat, les récits mettront en scène le personnage de Lily, une jeune femme dans la vingtaine. Lily est donc un personnage fictif mais les expériences qu’elle vit sont très loin de l’être et constituent le recueil de nombreux témoignages d’amis, de collègues, de connaissances, et de quelques expériences personnelles.  Le but de ce projet est de sensibiliser les lectrices et lecteurs au sexisme omniprésent dans la vie des femmes, en espérant que celui-ci ne soit plus ignoré ou justifié. Cette semaine, voici le neuvième chapitre : Vous reprendriez bien un peu d’hormones ? Bonne lecture !

Si vous avez manqué le dernier chapitre, cliquez-ici : Éducation à l’égalité

Je prends une nouvelle pilule contraceptive, l’ancienne me causant de grosses migraines. Au bout de trois mois, je me rends compte que ma libido n’est plus aussi importante qu’avant, mais je ne m’en soucie pas. Je déplore tout de même les effets secondaires de la contraception hormonale, mais j’ai l’habitude et cela ne m’empêche pas d’avoir une vie sexuelle épanouie. Les mois passent et je constate que ma libido est de plus en plus faible, mon corps ne réagit plus aux stimulations sexuelles et j’en arrive même à avoir mal. Mon moral aussi est assez bas, je me sens très impuissante face à cette grosse baisse de libido et j’ai peur de ne jamais la retrouver.

Je vais voir une nouvelle gynécologue qu’on m’a conseillée. Je lui présente ma situation et les problèmes de libido. Elle me regarde et me répond de manière très expéditive : « Ah mais ça c’est la pilule. »

Je le sais déjà, et j’espère qu’elle va proposer une éventuelle solution pour régler ce soucis.

Je lui dis, alors qu’elle est en train de taper sur son ordinateur : « C’est très handicapant, je n’arrive plus à avoir de rapports sans que cela soit douloureux »

Elle me lance avec un ton conclusif : « Ah oui, mais cherchez pas, c’est la pilule ».

Je suis très déconcertée, car cette gynécologue semble avoir complètement cerner mon problème, mais elle ne cherche aucune alternative pour y remédier.

C’est finalement moi qui lui demande : « Mais je ne vais pas rester avec cette pilule alors ? J’aimerais l’arrêter, on ne pourrait pas essayer autre chose ? »

« Ah… ben on va changer de pilule, vous allez en essayer une autre, vous verrez si ça s’améliore pour vous et sinon, on changera encore de pilule.»

Après ce rendez-vous, je reste très dubitative : j’échange une contraception hormonale qui a d’énormes effets secondaires sur mon corps contre une autre contraception hormonale du même type. J’achète cette nouvelle pilule et je regarde la liste des effets secondaires : dans les plus fréquents il y a la baisse de libido et les sécheresses vaginales. Je risque donc d’être confrontée à la même problématique qu’avec l’ancienne pilule. J’ai l’impression que ce rendez-vous n’a servi à rien et qu’on n’a pas pris ma situation au sérieux.

La contraception est encore une préoccupation majoritairement féminine et la plupart des contraceptifs sont destinés aux femmes (hormis le préservatif masculin) . Parmi eux, les contraceptifs hormonaux comme la pilule qui a des effets secondaires très importants et souvent fréquents : prise de poids, acné, perte de libido, sécheresse vaginale, voire même dépression et autres réjouissances. C’est un fardeau de subir tous ça alors qu’on n’est même pas malade. La contraception devrait être partagée avec l’homme et pas exclusivement réservé à la femme.

Quand on va voir un médecin, c’est pour comprendre les causes de nos symptômes et améliorer notre santé et notre bien être. Mais lorsqu’on est une femme, on n’est pas égale en matière de santé, non plus, par rapport aux hommes. Les recherches médicales et pharmaceutiques notamment en ce qui concerne la contraception défavorisent les femmes au profit du confort des hommes.

Il serait peut-être temps de changer ça ?

Les aventures sexistes de Lily – #06 La capote “égarée”

Je vous présente la mini-série “Les aventures sexistes de Lily” qui regroupe divers témoignages scénarisés portant sur le sexisme ordinaire. Par soucis d’anonymat, les récits mettront en scène le personnage de Lily, une jeune femme dans la vingtaine. Lily est donc un personnage fictif mais les expériences qu’elle vit sont très loin de l’être et constituent le recueil de nombreux témoignages d’amis, de collègues, de connaissances, et de quelques expériences personnelles.  Le but de ce projet est de sensibiliser les lectrices et lecteurs au sexisme omniprésent dans la vie des femmes, en espérant que celui-ci ne soit plus ignoré ou justifié. Cette semaine, voici le sixième chapitre : la capote “égarée”. Bonne lecture !

Si vous avez manqué le chapitre 5 : Male tears, cliquez ici !

Je fréquente un garçon depuis quelques mois, je l’aime bien, je ne sais pas encore si j’ai envie de m’engager mais je sais que je veux être un peu plus intime avec lui. On commence à se voir le soir et on a nos premières relations sexuelles : ça se passe bien et je suis très heureuse ! On discute de nos envies et préférences, très rapidement il m’explique qu’il n’aime pas le préservatif et qu’il voudrait ne pas avoir à en mettre. Je lui dis que ça pourrait s’envisager mais que pour le moment notre relation n’est pas encore sérieuse et que je n’enlèverai pas cette protection tant qu’on a pas tous les deux fait les tests de dépistage d’infections sexuellement transmissibles. Il accepte ma réponse sans protester.

Quelques jours plus tard, on se voit tard le soir, il fait noir dans sa chambre, on commence à se déshabiller je lui rappelle machinalement qu’il doit mettre une capote car je ne veux pas être trop lourde et je lui fais confiance. On fait l’amour.

Cela se termine vite et lorsqu’il s’éloigne un peu de moi, je sens quelque chose couler entre mes cuisses. Je lui demande s’il a bien mis un préservatif, il m’assure que oui mais qu’il a du le perdre pendant l’acte. On allume la lumière, on le cherche partout, sans succès : la capote a disparu. Je suis toute penaude, lui il se confond en excuses, l’air coupable. On se couche.

Le lendemain, je réalise qu’il s’est moqué de moi et qu’il n’a certainement jamais mis de préservatif. Il a sûrement inventé cette excuse de l’avoir perdue pour que je ne me mette pas en colère. J’appelle une amie et je lui raconte ce qu’il s’est passé. Elle confirme mes doutes et me demande si je prends un autre moyen de contraception : ça n’est pas le cas. Mon amie m’explique que je dois aller tout de suite à la pharmacie pour acheter la pilule du lendemain. Je suis très contrariée et j’ai peur.

Le garçon en question m’envoie un message et me parle comme si de rien n’était. Je ne réponds pas. Au bout de plusieurs heures, il finit par m’appeler et je décroche très en colère. Il se confond une nouvelle fois en excuses et admet avoir « oublié » de mettre un préservatif et avoir eu trop peur de me l’avouer. Comment aurait-il pu oublier alors que je lui avais demandé d’en mettre un ? Comment peut-on oublier une chose pareille sans se soucier des conséquences ?

Le consentement c’est s’assurer que sa ou son partenaire est d’accord pour effectuer un acte donné dans certaines conditions. Obtenir un consentement nécessite le fait que son partenaire ait donc pris connaissance de l’acte et des conditions. Dans le cas contraire, il s’agit ni plus ni moins d’un viol. La victime ne s’est certes pas débattue, elle n’a pas hurlé, mais elle a été dupée et elle a vécu une expérience non désirée. Cela peut générer des traumatismes psychologiques après coup tout aussi dévastateur et une grosse perte de confiance en l’autre.