Enseignante et confinée

Bonjour ! 

J’avais très envie de vous parler du boulot et de faire un petit point sur les conséquences du confinement sur le travail. Pour rappel, je suis enseignante en élémentaire, je suis ZIL c’est-à-dire que je fais des remplacements de congés maladie ou de congés maternité et cette année, j’avais été dans une classe de CP à 12 jusqu’aux vacances d’hiver et je venais tout juste de commencer février avec une classe de CE1 à 12 lorsque le confinement a été instauré. Donc depuis mi-mars je suis en télé-travail avec mes élèves. 

On a à peine eu le temps de mettre en place quelque chose pour maintenir nos enseignements à distance et ça a été difficile également d’être en contact avec tous les parents. (Depuis les vacances de Pâques j’ai réussi à contacter tout le monde, mais durant les trois premières semaines de confinement, il manquait deux familles)

J’ai passé beaucoup de temps en télétravail à préparer les exercices pour les élèves, que ça soit à la fois ludique et accessible pour eux (n’oublions pas que tous n’ont pas nécessairement internet ou l’ordinateur à leur disposition quand ils le souhaitent) et je me tiens disponible pour les parents le plus souvent possible. J’avoue que je me suis aussi bien amusée, car il fallait trouver des solutions pour permettre aux élèves d’apprendre malgré les conditions exceptionnelles et donc j’ai laissé courir mon imagination et redoublé d’efforts pour proposer des petites activités originales ! 

J’ai laissé les parents libres de m’envoyer leurs retours ou non car j’ai bien conscience que ça la situation n’est facile pour personne et que chacun gère comme il peut. J’ai tout de même des contacts presque quotidiens avec certaines familles et ça fait tellement plaisir de pouvoir échanger avec eux, de voir autant d’investissement, et de garder un contact avec les élèves.

En plus, comme je l’expliquais, je venais tout juste de prendre cette classe de CE1, ça ne faisait que trois semaines que j’étais avec eux, je n’avais absolument pas eu le temps de rencontrer les parents, ils ne me connaissaient pas non plus, donc pouvoir un peu échanger avec eux, c’est vraiment chouette ! On a eu aussi des rendez-vous téléphoniques avec les parents qui le souhaitaient et là encore ça m’a vraiment fait plaisir d’entendre les élèves (qui étaient un peu timides au téléphone ^^) et de parler de vive voix avec les parents ! Je trouve ça vraiment chouette de constater l’investissement des parents qui m’ont dit avoir peur de mal s’y prendre, ou qui s’excusent de ne pas avoir envoyé les activités de leur enfant le jour précisé, alors que franchement, on sait bien que chacun s’organise comme il peut, et on est vraiment pas à un jour près !

Je ne sais pas du tout ce qui va advenir des prochaines semaines, là on est en vacances d’avril et j’espère qu’on va pouvoir reprendre en mai, car les parents sont inquiets de voir leurs enfants prendre du retard. Nous-mêmes en tant qu’enseignants, on a du mal à voir comment on va pouvoir rattraper ces semaines de confinement, car continuité pédagogique ou non, qu’on se le dise, l’école à l’école c’est quand même bien mieux ! Il y a beaucoup de rumeurs qui circulent dans le corps enseignants, par exemple qu’on ne reprendra qu’en septembre (pitié faite que ça ne soit pas le cas ! ) Évidemment on continuera à s’adapter, même si on doit garder le établissements fermés jusque là, par mesure de sécurité, mais la question se pose toujours pour les quelques familles avec qui on a du mal à garder contact

#02 Quête de l’écriture : ma participation au prix littéraire Mon histoire du soir – aufeminin.com

Bonjour !
Tout est indiqué dans le titre, je participe au prix littéraire organisé par aufeminin.com !

En effet, être en quête d’inspiration c’est commencer par sortir de sa zone de confort par exemple en participant à un concours d’écriture :  il  fallait écrire une histoire s’adressant à des enfants entre 2 et 6 ans, à raconter le soir pour s’endormir tout en respectant un des trois thèmes proposés.

J’ai donc choisi de rédiger un texte à propos d’un petit garçon qui va vivre quelques jours avec sa grand-mère car sa maman est hospitalisée. Il a d’abord du mal à s’adapter puis se rend compte que sa grand-mère est là pour lui et qu’il n’a pas été abandonné.

Mon histoire s’inscrit dans le thème Famille : Parce que les vrais super héros sont les gens qu’on aime, non ? Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous pour la lire. N’hésitez pas à voter et à partager mon histoire, cela me ferait très plaisir ! (Pour voter, cela nécessite de se connecter sur le site, mais c’est assez rapide : pas besoin d’inscription, vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook)

Mamie s’occupe de tout

Encore merci et à bientôt !

Partir de chez ses parents

Bonjour à tous !

Je me suis rendu compte qu’il s’était passé tellement de choses dans ma vie cette année que je ne vous en avais même pas partagé la moitié. Je souhaiterais donc commencer par parler de mon déménagement.

J’ai habité plus des vingt-cinq premières années de ma vie chez mes parents avec quatre sœurs et frères. On n’a jamais été à l’étroit, j’avais ma propre chambre, ça m’a permis de faire mes études sans craindre la moindre difficulté financière. Nous avions en général de bons rapports avec mes parents qui ont toujours voulu le mieux pour mes frangins et moi. Mais à partir d’un certain âge, même en y mettant de la bonne volonté, ça devenait pénible de continuer à vivre chez Papa-Maman. Bien qu’ayant de bonnes relations avec toute la famille, la cohabitation semblait tout simplement impossible.

Et j’ai donc projeté de déménager et début février, avec l’aide de mes parents, je me suis installée dans un petit studio dans la même ville, histoire de ne pas trop m’éloigner non plus !

Les premières semaines ont été compliquées car je n’avais pas tous les meubles qu’il fallait et que j’avais sous estimé le nombre de rangements nécessaires pour que les pièces soient un minimum ordonnées. J’avais pourtant anticipé de nombreux objets et meubles mais ça n’était pas suffisant et j’ai passé la majorité de mon temps à faire des allers-retours dans plusieurs magasins pour trouver ce dont j’avais besoin. J’ai été un nombre incalculable de fois à Ikéa au point que j’en ai fait une overdose et que j’espère ne plus y retourner avant des années…. Toutes ces dépenses ont eu évidemment des conséquences sur mon compte en banque, donc il s’agissait vraiment de faire des achats réfléchis et de ne pas prendre de risque dans mes décisions. Il y a évidemment tout de même eu des ratés, mais il faut bien faire certaines erreurs pour ne plus jamais les commettre ! Par exemple : inutile d’acheter un four micro-onde en pensant que la fonction four sera efficace : la tarte carbonisée sur le dessus et dont la pâte n’était même pas un peu cuite en témoigne…

IMG_20180621_141054_555(1)

J’ai découvert aussi des inconforts que je n’avais pas prévus : à savoir partager la pression d’eau avec les voisins et avoir une gazinière minuscule, ou ne pas pouvoir étendre son linge autre part que dans le salon. Je souhaitais qu’il y ait un minimum d’harmonie dans l’appartement et j’ai donc du faire des choix comme privilégier le piano, les gros coussins plutôt que la table à manger et le canapé : après tout manger part terre ça n’est pas si mal….

Il a donc fallu que j’apprenne à m’approprier un lieu qui ne m’était pas encore familier. Petit à petit j’ai installé mes objets, investi dans de la décoration, réaménagé les pièces pour me sentir finalement totalement chez moi.

Je m’y sens désormais très bien, je profite d’avoir plus d’autonomie et d’intimité. Je dors beaucoup mieux qu’avant, je ne sais pas trop pourquoi mais je suppose que cela signifie que je suis à l’aise et en confiance dans le studio. J’ai adopté un rythme bien plus régulier que lorsque je vivais chez mes parents : je me couche rarement après minuit et je me lève relativement tôt, même le week-end pour profiter de toute ma matinée. Je fais du sport au moins trois fois par semaine et je cuisine un peu plus. Bref, j’ai adopté ma petite routine de vie bien à moi et c’est très agréable.

Le petit bonus, c’est que désormais je me réjouis de voir mes parents et que je profite vraiment de passer du temps avec mes frangins.

Le seul hic, c’est la solitude que d’emménager dans un appartement a engendré, notamment le fait de ne plus vivre avec une présence animale. Mais ça je vous en parlerai dans un prochain article !

Et vous, des projets de déménagement cette année ?