Être active(-f) le 8 mars


Nous sommes le 8 mars et c’est la journée internationale pour les droits des femmes.

Pour expliquer brièvement les origines de cette journée, elle a été reconnue officiellement en 1977 (bien que proposée une petite soixantaine d’années avant) par les Nations Unies, et avait pour objectifs à l’époque de promouvoir les droits des femmes, notamment le droit de vote, le droit au travail etc. En France, cette journée n’est pas fériée mais elle le devient de plus en plus dans d’autres pays. Elle est souvent confondue avec une journée de fête. Il ne s’agit pourtant pas d’un Noël pour les femmes ou d’une seconde fête des mères ou Saint-Valentin…

Le 8 mars a une importance capitale car cette date est un prétexte pour ouvrir la discussion et le débat autour des femmes et de leurs droits : on rend ainsi compte des changements positifs et on dénonce les inégalités sexuelles encore trop tenaces dans le monde. Il ne s’agit donc pas que d’un jour historique et symbolique mais bien d’une occasion de penser l’avenir autrement, d’encourager le changement pour améliorer les libertés.

De nombreuses actions sont mises en place à cette occasion, notamment avec l’organisation de conférences importantes et des rassemblements dans de nombreux pays du monde. Bien que les médias transmettent des informations autour de cette journée, il y a encore beaucoup de confusions et il peut être difficile d’oser s’impliquer au cours de cet événement, par manque de connaissances sur le sujet.

Quoi, comment, pourquoi, le 8 mars ?

Si vous cherchez plus d’informations à propos du 8 mars ou si vous souhaitez vous investir durant cette journée, je vous inviterai dans un premier temps à vous rendre sur internet qui regorge de renseignements. Par exemple, le site http://8mars.info renseigne sur les événements phares de cette journée et les actions individuelles possibles.

Mais autrement, comment peut-on s’investir en faveur des droits des femmes ?

On n’est pas obligé d’adhérer à une association féministe ou de manifester dans la rue pour s’engager et soutenir l’égalité homme-femme. On a tous accès à une chose qu’on peut enrichir et partager : c’est notre connaissance. Je vous propose donc quelques actions faciles à appliquer.

Pour commencer, renseignez-vous ! C’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur notre histoire, à propos des femmes importantes qui ont eu un impact positif sur nos libertés et nos droits, et de mieux comprendre les notions et les concepts féministes, ainsi que les enjeux actuels auxquels nous devons faire face : harcèlement de rue, violence faites aux femmes, sexisme ordinaire…

C’est aussi le moment de partager vos valeurs et vos connaissances en matière de féminisme auprès vos proches. Par exemple vous pouvez expliquer les véritables objectifs de la journée internationales pour les droits des femmes, qui n’est pas « une fête de la femme » et peut-être même définir certaines notions de féminisme. Il faudra parfois s’armer de patience, même si les incompréhensions et les possibles jugements ou moqueries de vos interlocuteurs vous déclenchent des sentiments de frustration très intenses.

Pour vous aider à partager ces valeurs, vous pouvez utiliser plusieurs supports d’informations plus ou moins ludiques qui permettront à vos proches d’avoir accès à différents points de vue et peut-être de déconstruire quelques stéréotypes sexistes.

Quelques supports intéressants :

  • Stop harcèlement de rue : une association qui démarche de manière pacifiste et éducative pour lutter contre le harcèlement sexiste dans les lieux publiques.
  • Madmoizelle.com et Rockiemag des webzines sur les femmes qui ont une forte influence féministe
  • Parlons peu mais parlons une chaîne youtube qui informe sur la sexualité, les relations amoureuses, la santé des femmes de manière décomplexée
  • Pépite sexiste sur twitter qui rend compte des clichés sexistes omniprésents dans les pubs, les médias, les supermarchés etc.
  • Quoi de meuf : un podcast féministe qui aborde des sujets d’actualité et de pop culture

Ensuite, l’éducation est la meilleure arme pour lutter contre le sexisme, donc si vous êtes en contact avec des enfants ou des adolescents, vous pouvez aussi en profiter pour leur transmettre des valeurs d’égalité, leur apprendre et leur faire réaliser qu”historiquement on n’a pas toujours tous été égaux en matière de droit et que cette égalité est encore très fragile voire inexistante dans certains domaines.

Enfin, il faut avoir conscience que cette journée est un prétexte pour soulever les problèmes et pour changer les choses mais qu’elle doit avoir un impact sur l’année entière. Les actions que j’ai présentées ci-dessus sont à la portée de tous et peuvent être appliquées à tout moment de l’année, pas que le 8 mars.

Journée internationale des droits de la femme : luttons contre le harcèlement de rue !

Bonjour,

Demain, ce sera la journée internationale des droits de la femme. Il y a encore quelques années, je ne comprenais pas l’intérêt d’une journée spéciale pour la femme, je ne percevais pas ses enjeux et j’avais même tendance à me moquer un peu. Ce n’est que plus tard que je me suis intéressée véritablement à la place des femmes dans notre société, dans le monde, notamment le sexisme qu’elles subissent quotidiennement dans tous les secteurs : travail, famille, amis, espace public… Et après, quelques petites expériences très désagréables qui m’ont ouvert les yeux, je me suis finalement sentie concernée !

Alors, je ne vais pas m’amuser à lister toutes les injustices que subissent les femmes dans le monde, bien qu’elles soient toutes légitimes, mais je préfère m’intéresser à une cause en particulier : le harcèlement de rue.

Ce phénomène qui n’avait encore pas de nom il y a quelques années est presque devenu une banalité de notre quotidien.
Et pourtant ces phrases qu’on entend dans les transports, dans la rue, dans les bars, n’ont rien de banales et choquent par leur violence verbale : “Sale pute”, “Je vais te trouer le cul, salope”, “Vas-y fais ta belle”, “Pourquoi tu réponds pas? “, “J’ai envie de te violer tellement t’es bonne”etc. Des insultes qui nous est impossible d’ignorer tant elles attaquent directement notre personne et ce que nous sommes.

Victime de harcèlement de rue de manière régulière, j’ai pourtant eu de mal à identifier ce que je subissais comme du harcèlement, et j’ai traversé de nombreuses étapes émotionnelles :

De la colère: “Quelle connard, pourquoi il vient m’emmerder ce gars ? ”
De la peur “Est-ce qu’il pourrait aller plus loin dans ses paroles ? Est-ce que je suis en danger ?”
Des doutes : “Et si c’était moi ? Est-ce que je ne prendrais pas moi-même un risque en sortant dans la rue aussi tard ?”
De la culpabilité : ” Il a raison, je n’aurai jamais du mettre cette jupe, elle est bien trop courte…”
De la honte : “Je suis ridicule, j’aimerai me cacher, cacher mes jambes, cacher mes fesses”

Et à plus long terme, je suis devenue blasée et résignée : “Je ne mettrai pas de jupe, parce qu’on va ENCORE m’emmerder, je ne prendrai pas les transport parce qu’on va ENCORE me faire chier”

… Et paranoïaque “Pourquoi cet homme, s’assoit-il à côté de moi ? Qu’est-ce qu’il me veut ? Qu’est-ce qu’il cherche ?”

Mais pourquoi je vous parle de tout ça ? Parce que depuis quelques mois, j’ai décidé que je n’allais plus laisser faire et que je refusais de conditionner ma vie par peur et par crainte de me faire agresser. J’ai découvert une association qui se nomme Stop Harcèlement de Rue et je suis devenue adhérente !
Encore novice, je participe pour la première fois à un événement “Zone sans relou” organisé par l’association demain soir à la rue de Lappe !

Si vous passez dans le coin, ou que vous avez tout simplement en vie de nous voir, voici toutes les infos sur l’événement : ici!