Ecologie, la prise de conscience #02 : bilan de janvier (en retard)

Bonjour, il est temps pour moi de faire le bilan écolo du mois de janvier, avec onze jours de retard (rien que ça). Je n’ai donc pas trop le temps de filmer une vidéo, mais qui sait, peut être que j’en publierai d’autres très prochainement ! Pour revenir au sujet principal, je vous rappelle que j’avais expliqué dans cet article que je souhaitais m’impliquer réellement dans l’écologie, et que je commençais par remettre en question ma propre production de déchets. J’avais donc fait le bilan de ma production de déchets et mon gaspillage alimentaire durant le mois de décembre. On va désormais faire le bilan du mois de janvier ! J’en profiterai également pour vous dire ce qui a changé durant ces dernières semaines et ce que j’ai mis en place.

Nos déchets non recyclés

Pour ce mois de janvier, on est assez fiers de nous, car on a grandement diminué nos déchets en passant de huit poubelles à quatre ! C’est plutôt pas mal, même si on peut encore s’améliorer : le but étant de tendre le plus possible vers le zéro déchet, il y a donc encore du boulot. J’ai du mal à expliquer cette forte diminution. Je crois qu’elle est dûe en partie au fait qu’en décembre, les fêtes de Noël nous ont beaucoup incité à consommer plus de choses, et donc à produire plus de déchets. En janvier, tout est revenu à la normale, nous avons moins acheté (et peut-être un peu plus réfléchi) et donc moins jeté.

Je ne sais pas si cela a vraiment eu un fort impact sur notre quantité de déchets, mais avec la mise en place de notre compost dans le jardin, il y a de nombreuses choses qu’on a arrêté de jeter dans notre poubelle. Par exemple, on savait évidemment que les épluchures de légumes et de fruits pouvaient être compostées, mais en nous renseignant, on a découvert que les dosettes en tissu de café, les sachets de thé (à condition d’enlever la petite étiquette agrafée) et les coquilles d’œufs pouvaient aussi être compostés. Plus de compost et moins de déchets !

Notre petit bocal à compost dans la cuisine
Notre boite à compost faite maison en attendant dans avoir une plus grande

J’étais aussi embarrassée depuis des années par le fait que je ne savais pas réellement faire le tri de mes déchets. Je connaissais les bases, à savoir que les bouteilles en plastiques, le carton et le verre était recyclables et c’est tout. Cela semble vraiment bête, mais j’ai, ce mois-ci, été bien plus attentive à ce qui était écrit sur les emballages de mes produits. Et j’ai réalisé qu’énormément d’emballages pouvaient être recyclés (le recyclage du carton et du plastique n’est certes pas la solution idéale, mais elle est toujours meilleure que celle de tout jeter bêtement dans la poubelle dite « marron »).

Je vous laisse d’ailleurs un lien fait un petit bilan des logos que vous pourrez trouver sur vos emballages et de ce qui est recyclable ou non.

En faisant mes courses, j’ai pu utiliser pour la première fois mes petits sachets en tissu pour choisir mes légumes, mes fruits et mes produits en vrac. J’étais super contente de réussir à faire ce pas, car ça faisait des mois que j’avais les sachets en ma possession mais je n’osais pas les utiliser (j’avais peur qu’on me fasse une réflexion ou qu’on me regarde de travers, et c’est absurde car les gens s’en fichent de la manière dont on achète nos légumes…)

Le gaspillage alimentaire

Le gros échec du mois de janvier c’est notre gâchis. On a pas beaucoup diminué notre quantité d’aliments gâchés : 29, soit un peu moins d’un part jour… Mais sans chercher à nous trouver des excuses, on n’est pas totalement responsables : pour commencer, les restes du nouvel an nous ont beaucoup freinés dans notre objectif car on s’est retrouvés avec des aliments qu’on avait pas forcément l’habitude de consommer quotidiennement. Par exemple, il y avait une bouteille de champagne entamée, et nous ne voulions pas nous forcer à la boire alors qu’on ne boit pas spécialement d’alcool d’habitude, hormis pendant les événements importants, on a donc préféré la vider. De la même façon, on a fini par jeter le reste de chips que des amis nous avaient apportés, les deux dernières tranches de viande (qu’on avait un peu oubliées), etc.

Dans la catégorie pas de chance, j’ai également omis de vérifier les œufs de la boite à œufs que j’avais achetée et il s’est avéré qu’il y en avait trois de cassés, que j’ai donc été obligée de les jeter.

Et la dernière confession : mes parents nous ont filé des tonnes de kiwis, c’était trop bien mais le soucis c’est qu’on n’a pas réussi à tous les manger à temps…

Parallèlement à ça, on a quand même réussi à éviter de refaire les mêmes erreurs de gâchis qu’en décembre : par exemple, cette fois aucune banane n’a péri abandonnée dans l’ombre d’un coin de cuisine ! Hormis un vieux reste de pâtes, on n’a pas jeter le moindre plat maison et en plus de ça, j’ai pensé à congeler plein de choses !

De manière générale, j’ai vraiment eu le sentiment d’être bien plus attentive à notre potentiel gâchi et pour ça je pars du principe que c’est une petite victoire ! Reste plus qu’à nous améliorer !

J’avais également envie de vous partager mes objectifs pour ce mois de février (qui a déjà bien démarré, on est d’accord) :

– fabriquer des éponges tawashi (j’ai trois tonnes de tissus c’est le moment de les utiliser!)

– ne plus acheter d’essuie-tout et le remplacer par des serviettes lavables (on vient justement de terminer notre dernier rouleau)

– ne plus aller en fastfood (type burger king, macdonald etc)